jeudi 1 juillet 2010

Temps & distance

On dit que lorsqu'on rencontre l'amour de sa vie, le temps s'arrête. Et bien c'est vrai... Ce qu'on ne vous dit pas, c'est que quand le temps reprend son cours, il file à une vitesse folle pour rattraper son retard. (Big Fish)

J'aime beaucoup cette citation. Je n'ai pas vu le film, j'ai seulement trouvé ces paroles sur Facebook, dans le statut d'un contact. Et ça m'a porté à réfléchir un peu. Je trouvais ces paroles très réalistes, surtout présentement. J'ai fais un article, dernièrement, qui racontait que le temps est subjectif. Je le constate de plus en plus. Juste le fait de ne plus être seule à Montréal fait passer le temps plus vite. Probablement le fait aussi de faire beaucoup d'heures au travail. Tout ça pour dire que mon mois de mai avait l'air d'être aussi long qu'une année, et que celui de juin s'est repris pour sembler glisser sur l'eau tellement il est parti rapidement.

Quand je suis seule, j'ai trop de temps pour penser et ça m'effraie parfois. Voilà pourquoi je me censure ou je m'empêche d'écrire. Je préfère occuper mon temps autrement. Comme terminer l'excellent Que serais-je sans toi de Guillaume Musso. Je crois que je viens de découvrir un coup de coeur. En deux journées à peine, j'avais dévoré ce roman. Ou encore terminé la troisième (et dernière, gratuite) saison de Radio Enfer sur Illico sur Demande. Ça me permet de garder mon esprit occupé.

Car, même si Chéri est définitivement à mes côtés, il manque toujours des pièces vitales dans le casse-tête de ma vie. Je suis infiniment douée pour me faire des amis qui ne seront pas à mes côtés tous les jours de ma vie. Mes relations les plus proches sont toutes à une distance inimaginable de moi. Alors, je tente de les conserver grâce à des réseaux sociaux ou les courriels. Que peut-on faire de plus? Je suis douée pour les relations à distance, c'est ce que j'en suis venue à comprendre. Par contre, j'ai foutrement hâte de les revoir, ces amis-là. Certains passent leur été en Gaspésie (les chanceux!), d'autres sont à Québec car leurs études se font dans cette ville.

Tout cet article pour dire que le temps est une chose bien spéciale et je crois que lui et moi, on ne sera jamais de grands amis. D'ailleurs, son amie la distance non plus, je ne la porte pas dans mon coeur. Pourtant, je dois bien vivre avec, car ils sont indissociables de mon existence depuis cette journée d'août 2007 où j'ai quitté la maison familiale.


J.

2 commentaires:

Camille a dit…

Les vrais amis resteront dans ta vie malgré la distance crois moi! Mes plus grandes amies habitent toutes loin de chez moi, mais on garde un contact plus régulier qu'avec celles qui habitent à 10-15 minutes de chez moi. Quand les bases sont solides, ni la distance et encore moins le temps vient à bout de ces amitiés.

Viv a dit…

Je suis tellement pareille. Dieu que je trouve le temps long lorsque je suis seule, alors qu'il file à toute vitesse quand je suis en bonne compagnie. Seule, j'ai le cerveau qui va dans tous les sens, j'angoisse car je pense trop. J'ai passé trop de temps seule à la maison à me morfondre parce que je n'avais rien d'autre à faire, et j'ai royalement détesté ça. Peut-être que c'est pour ça que maintenant que je suis en couple, je supporte mal la solitude...