dimanche 22 novembre 2009

L'inconnu, partie 12

Pour ceux qui se sont rajoutés depuis le 31 août 2009, vous pouvez lire les onze premières parties ici.
Pour les anciens, j'ai recommencé l'écriture libre. Je continue mon histoire. Si vous ne l'aimez pas, faites ce code: ALT+F4. Si vous avez des commentaires PERTINENTS, INTELLIGENTS et que vous êtes capable de ne pas les écrire de façon anonyme, je serais ravie de les
lire. À tous ceux qui me lisent et qui voulaient une suite, la voilà... Mieux vaut tard que jamais ;)

**


Elle parla des heures avec son amie et le simple son de sa voix lui remonte immédiatement le moral. Tanya était comme ça : elle avait besoin de se faire rassurer. Elle avait peur du jugement des autres, peur d’agir et de subir les conséquences. Elle ne pouvait pas dire qu’elle n’avait pas aimé sa soirée avec Pascal, mais elle se sentait mal d’avoir agit ainsi, impulsivement, dangereusement. Elle était inévitablement attirée par lui mais quelque chose l’empêchait de profiter de tout ce qui s’offrait à elle. Une petite voix au fond d’elle-même lui soufflait la réponse mais elle ne voulait pas l’entendre.

Quand elle raccrocha, elle se dit qu’il était peut-être trop tard pour entamer une quelconque activité et décida de lire un peu, quelque chose qu’elle avait mis de coté depuis un moment et qui, jadis, avait tellement fait partie de sa vie. Un livre, c’était ce qui lui faisait le plus grand bien, quand elle était adolescente. Elle n’avait pas besoin de chercher le regard des autres, elle s’inventait une vie à travers les personnages de ses livres. Combien d’heures avaient-elles passé à fantasmer sur tel ou tel héros d’un de ses ouvrages? Combien de fois avait-elle souhaité quitter pour sauter dans les pages d’un de ses livres, comme Fanfreluche le faisait si souvent. Parfois, elle s’en trouvait si pathétique qu’elle cessait de lire pour un moment. Mais l’attirance était trop forte, trop profonde, elle avait besoin de lire, comme elle avait besoin de respirer. C’était un besoin vital, qui la gardait en vie, qui lui permettait de ne pas sombrer dans la folie dans ce monde parfois trop grand pour une petite fille.


J.


La suite ici, sur Une Brunette écrivaine.

5 commentaires:

Maélie, a dit…

nooooooooonnnnnnnn pas de trop !

Jessicaa! a dit…

Ho lala! Ca m'avait manqué! N'arrête plus pendant si longtemps baby svp! <3
Tes la meilleure et Je t'aime!
P.s. I miss you.... <3

t4nne a dit…

Wow, je viens de me taper les autres parties. T'as vraiment du talent, j'espère qu'un jour j'aurais la chance de tenir dans mes mains un livre portant ton nom :)

La Brunette a dit…

t4nne : merci beaucoup !!!

Viv a dit…

Youppi!! Je me demandais si tu allais continuer ton histoire! Je voulais savoir la suite moi!