jeudi 18 mars 2010

Hésitation

Que dire de cette semaine ? Beaucoup de temps passé à l'université, la fin de la deuxième session qui se fait sentir. Beaucoup de temps passé à réfléchir, à cet été, à cet automne. Une migraine, en plein milieu de semaine. Musée Eden, quand même intéressant. J'ai hâte de voir la semaine prochaine.

Cette semaine est relativement passée vite. Pas le temps de prendre mon souffle, je dois attraper l'autobus qui me mène à Bromont, où j'irai respirer durant le weekend. Respirer et voir des amies du Cégep, des amies qui me sont chères, des amies que je n'ai pas vues depuis (trop) longtemps.

Je me questionne encore, toujours, sur mon choix de cours (houla, ça rime!) Est-ce que je veux réellement changer de programme ? Pourrais-je faire ce que je veux tout en restant en journalisme ? Je réussis bien, certes, mais pourrais-je avoir les perceptives d'avenir de mon choix en y restant ? Il y a toujours l'option de suivre mes cours de spécialisation en gestion. Ça me donnerait le petit peu de gestion que je voudrais avoir en relations publiques. Est-ce que je veux réellement prendre la chance de me rallonger d'une année ? De rester à Montréal, une année. Je ne suis certaine de rien. Heureusement (et malheureusement), j'ai encore beaucoup (trop) de temps pour y penser. J'étais si convaincue que je voulais changer, dernièrement. Mais une seule visite a tout remis en question. Et si je restais, qu'est-ce qui pourrait m'arriver de si pire ? Pourrais-je faire autre chose que journalisme ? Oui, assurément. Journalisme est probablement le BAC le plus versatile de la Terre (on touche à tout, on parle de tout, on couvre tout).

Et mes chères régions, dois-je les oublier ? Pas nécessairement. Montréal ne m'intéresse pas. Pas du tout en fait. J'essaie de comprendre la ville, mais elle me repousse. Ou est-ce moi qui la repousse ? Je l'ignore. Mais je veux parler des régions, défendre les régions, crier mon amour pour les régions. Et pas seulement ma belle Gaspésie, mais toutes ces régions qui sont écrasées par la "montréalisation" de l'information.

Je suis trop littéraire pour être journaliste. Pas assez disciplinée pour être auteure. Trop caractérielle pour être relationniste. Et si j'ai un mélange de tout ça ?


J.

5 commentaires:

maeliedufresne a dit…

la montréalisation de l'information.. j'adore!

Noisette Sociale a dit…

"Je suis trop littéraire pour être journaliste. Pas assez disciplinée pour être auteure. Trop caractérielle pour être relationniste."

Je me reconnais, là! Et je me sens moins seule. :)

Cynthia B. Demented a dit…

Ce n'est pas une obligation d'aimer la ville ;) Moi, je ne l'aime pas du tout et je ne m'en cache pas non plus, comme ceux qui ne se cache pas pour "blaster" contre les banlieues ou les régions.

Sinon, j'espère bien que tu trouveras réponses à toutes tes interrogations! Tente un mélange, pourquoi pas?! L'innovation n'a jamais fait de tort! ;D Et un cours en gestion ne pourrait qu'être une corde de plus à ton arc. Et rien de ne t'empêche de prendre une petite pause de Montréal pendant un certain temps lol Parce que je pense que tu vas vraiment être "homesick", et grave lol

PS. Musée Eden a vraiment l'air intéressant!!! J'adore tout ce qui se passe dans les époques 1800-1900 (et même antérieures à ces époques)!

Anonyme a dit…

"Je suis trop littéraire pour être journaliste. Pas assez disciplinée pour être auteure. Trop caractérielle pour être relationniste."
...La discipline ça s'apprend! :)
ta vieille prof

L'Accro des listes a dit…

La saguenéenne te dit: Amen pour les régions.

La gestion, c'est aussi très versatile et surtout, ça permet de servir dans environ tous les cadres d'emplois...